De nouvelles techniques de productivité à faire saliver n’importe quel coquin

Je t’écris depuis l’espace de coworking où j’ai pris mes quartiers pour la journée.

Et quand je te dis la journée, c’est la journée.

Depuis que j’ai déposé ce matin Doudou au travail, j’y suis arrivé vers 8h15 et depuis cette heure-là j’ai bosser non-stop.

Si j’ai pris une pause pour déjeuner ?

Que nini.

Je n’arrives pas à travailler le ventre plein comme une barrique. Ça me fait dormir.

Du coup j’ai grignoter des fruits secs et manger une banane. Et là je m’apprête à manger la deuxième mais ça tu t’en fou.

Depuis lundi j’ai travailler pour la rédaction d’un tout nouveau livre mais qui ne sera pas en vente sur mon site ni sur Amazon ni ailleurs.

 

Enfin si… Sur le site de l’un de mes clients.

 

Il m’as commandé la rédaction d’un livre (sur un thème secret qui sera révélé dans le prochain numéro de La Guillotine™).

Le livre fait un peu plus de 12 800 mots soit l’équivalent de 30 pages bien remplies avec quasi aucun espace.

Après le travail de la graphiste qui se chargera de la création de la couverture puis de la mise en page, il devrait faire environ 80 à 90 pages en version imprimé puis un peu plus de 60 pages en version pdf standard.

Un beau bébé.

 

Un livre entre 7500 et 15 000 mots équivaut à une Nouvelle.

 

Voici le programme que j’ai suivis depuis lundi:

 

Lundi: Création du plan et note des idées brutes.

Mardi: Rédaction de l’introduction et de la partie 1.

Mercredi: Rédaction de la partie 2 et la moitié de la 3.

Jeudi: Rédaction de la deuxième moitié de la partie 3, de la partie 4, de la Conclusion puis correction des fautes puis relecture.

 

Il y a donc environ une heure j’ai envoyé le fichier à mon client.

Un gros boulot avec des journées qui sont bine loin de la semaine de 4 heures mais quand pour toi l’écriture est comme une drogue ça ne pause pas de problème.

Au contraire… C’est terriblement jouissif.

 

J’adore me fixer des challenges comme ceux-là avec des délais à la limite de l’impossible.

Mais c’est comme ça que l’on créé une énergie créative incroyable en nous.

Ne t’occupe pas de savoir si c’est possible ou non.

Fixe-toi un délai incroyablement court et passe à l’action.

Tu verras que ton cerveau agencera automatiquement ton emploi du temps pour que l’impossible devienne réalité.

Honnêtement, lundi je demandais à Doudou si elle pensait que c’était possible d’écrire un livre de qualité sur un thème que je ne maîtrise pas du tout en un délai aussi serré.

 

Ce qu’elle m’as répondue ?

« Pourquoi tu me demandes, tu sais que tu vas y arriver. »

 

Bon ok.

On peut dire que ma Doudou croit en moi plus que moi-même.

Mais elle avait raison.

Mais attention petit coquin, je te voit venir.

 

Le livre que j’ai écris n’est pas une vulgaire compilation d’articles de blog que j’ai copié/ coller pour noircir du papier numérique.

Je déteste ça et je ne me voit pas me dire copywriter et écrivain et faire ce genre de pratique.

J’ai écris clairement toutes les pages comme un grand sans aller piocher des textes sur le web.

Aujourd’hui un nouveau cap à encore été passé.

 

Maintenant écrire un livre en un temps aussi court sur un thème que je ne maîtrise pas ne me fait plus peur.

Les limites ont été repoussés.

Si jamais tu aimerais connaître les détails de mes quelques jours de dur labeur, avec le type de structure que j’ai utilisé et les techniques que j’ai élaboré pour envoyer du mot à la pelle, je vais partager tout ça dans le prochain numéro du bulletin que je vais commencé à rédiger la semaine prochaine.

 

Pourquoi je t’en parle maintenant ?

 

Parce que je ne vend plus les anciens numéros.

Ça signifie que si tu ne veux pas le manquer, il te faut impérativement être inscrit avant qu’il soit terminé d’être rédigé, imprimé et expédié.

Toutes les infos sur le lien suivant:

https://www.bulletinlaguillotine.com

 

 

Amicalement,

Julien Godart