Faut-il choisir le chemin le plus facile ou le plus rapide?

quel-chemin-choisir-pour-trouver-sa-vocation-rapidite-ou-facilite

J’ai toujours eu plus de facilité à me lever sans réveil.

Du coup je n’en mets plus. Je laisse mon organisme s’éveiller tout seul. Ce qui est plutôt amusant puisque je me réveille plus tôt et en pleine forme que si j’avais mis un réveil qui m’aurait fait commencer la journée en me cassant les oreilles.

Comme quoi… La psychologie a la part belle dans notre vie.

Avant de partir au travail Doudou m’a demandé si pour commencer à développer quelque chose que l’on aime il fallait absolument que ce soit difficile et persévérer pour que ça fonctionne. Je reconnais bien là son goût pour la facilité et les raccourcis.

Après tout la nature elle-même ne prend que des raccourcis.

Elle va continuellement choisir le chemin le plus rapide pour y arriver. Quand tu vois un tout petit brin d’herbe qui a réussi à percer une épaisse couche de béton pour continuer de grandir à la verticale, il n’a pas choisi le chemin le plus facile. Par contre il a fait le choix du plus rapide.

Le chemin le plus rapide n’est donc pas nécessairement le plus facile.

Le petit brin d’herbe aurait pu très bien longer la route de macadam jusqu’à trouver une sortie, pour ensuite poursuivre sa course. Mais non. Il a décidé de prendre le raccourci ultime: percer l’obstacle pour aller tout droit.

Je pense que la vraie question à se poser est celle-ci:

Est-ce si difficile pour notre petit brin d’herbe de percer le macadam que de faire un détour de plusieurs mètres?

La perception de la difficulté est complètement différente en fonction de son objectif. Le chemin le plus rapide qui est parfois le plus difficile n’est pas nécessairement le moins agréable. Mais il peut être plus long.

Mais quand on a trouvé sa voie avec son objectif à l’esprit, la perception des choses est bien différente.

Le temps ne s’écoule plus de la même manière.

Nos journées n’ont plus les mêmes saveurs.

Le plus difficile dans l’histoire?

Trouver sa voie.

Mais heureusement j’ai réussi à mettre le doigt sur la réponse il y a quelques semaines. Ça faisait des années que je méditais sur le sujet.

Il aura fallu que je trouve la mienne pour que la réponse apparaisse progressivement sous mes yeux.

Ce qui est beau?

Je te partage ma trouvaille dans la dernière partie du bulletin du mois de septembre.

Je suis en train de terminer sa rédaction avant de l’envoyer à l’imprimeur et préparer les enveloppes.

Si le sujet t’intéresse et que tu n’es pas encore abonné, il te suffit de t’inscrire en passant par le lien suivant:

https://www.laguillotine.net

 

Amicalement,

Julien GODART