Je profite de ce petit moment pendant que Doudou est sous la douche pour t’écrire.

 

Juste avant de partir chez de la famille dans le sud ouest de l’île.

 

Un coin qui s’appelle « Les Avirons ».

 

J’ai attaqué un nouveau livre que j’avais acheté il y a quelques semaines.

 

J’ai toujours plusieurs livres d’avances, ce qui me motive à avancer parce que je m’empêche d’en lire certains tant que ceux qui sont déjà commencés ne sont pas terminés.

 

Premièrement ça me permet de le lire jusqu’au bout et de réfléchir comment mettre en application ce que j’ai appris (sinon ça ne sert à rien de lire).

 

Deuxièmement je ne fais pas comme 95 % des gens qui achètent des bouquins et n’en lisent pas plus de 10 %.

 

J’avais entendu ça quelque part…

 

95 % des gens ne lisent pas plus de 10 % des livres qu’ils achètent.

 

Les 5 % restant le lisent vraiment jusqu’au bout.

 

Et accroche-toi…

 

Moins de 1 % applique ce qu’ils ont lu.

 

Étant donné que je préfère appartenir au 1 %, je me suis créé mon petit système qui me permet d’y arriver.

 

Seulement ce n’est pas l’objet de la chronique du jour.

 

Le livre en question que je lisais ce matin ?

 

« L’art de la Négociation » de Donald Trump.

 

J’ai lu une phrase qui m’a fait cogiter.

 

La voici :

 

« Je ne laisserais pas mes goûts personnels influencer mon jugement dans une affaire. »

 

 

Il est vrai que l’on a souvent le réflexe de mélanger les deux.

 

Cependant le cœur peut être traître.

 

Il est préférable de ne pas laisser ses sentiments prendre le dessus lors de prise de décision importante.

 

Prends une thématique de business.

 

J’ai entendu dire pendant des années que pour commencer à bosser sur le web, il fallait partir d’une passion.

 

Le souci ?

 

Si la passion en question n’est pas monétisable, à quoi bon ?

 

Voilà pourquoi il est préférable d’étudier d’abord un marché, d’analyser comment on pourrait se positionner en apportant une solution à un problème concret et douloureux plutôt que de partir d’une passion.

 

De plus, une fois que tu auras choisi ton marché porteur, tu vas devoir développer tes connaissances et tes compétences pour le maîtriser et lancer ton activité.

 

Et tu as déjà dû t’en rendre compte…

 

C’est à partir du moment où tu deviens bon dans un domaine que la passion prend vie.

 

Le fait de maîtriser une compétence nouvelle va te rendre enthousiaste et te donnera envie d’en apprendre toujours plus.

 

C’est là que ta passion prend vie.

 

Ce que tu peux retenir ?

 

Ne laisse pas tes goûts personnels faussés ton jugement dans les affaires.

 

Fais naître la passion en partant d’une analyse de marché et non l’inverse.

 

Parce que tu ne pourras pas faire plier la réalité d’un marché pour qu’elle colle à ta passion.

 

Commence à travailler dans l’ordre 😉

 

 

Amicalement

 

photo du chroniqueur webmarketeur et coach en marketing personnel Julien Godart