Quand on rédige pour son entreprise en ligne ou pour étendre son activité physique sur internet, il y a un truc qui te bloque obligatoirement à un moment ou à un autre.

 

Ce truc ?

 

La peur de vendre.

 

J’aurais beau te dire :

 

« Ne t’inquiète pas, il te faut simplement parler avec ton cœur, ton enthousiasme et tes propres mots »

 

Mais cela ne suffira pas.

 

Parce que lorsque l’on a peur, on est paralysé.

 

Et malheureusement on ne peut pas être efficace quand on a peur au point d’être paralysé et incapable de démarrer quoi que ce soit.

 

La solution ?

 

Ne pas t’épuiser à affronter le problème alors que tu es démuni mais au contraire, l’éviter et le contourner.

 

Et pourquoi ne pas faire une diversion ?

 

Laisse-moi t’expliquer :

 

Je parie que tu te souviens du film « Ocean 11 ».

 

Une bande d’escrocs supersympa, tous bons dans un domaine spécifique, qui ont décidé de s’attaquer à plusieurs Casinos de Las Vegas.

 

Le moment le plus difficile ?

 

S’évaporer dans la nature avec plusieurs dizaines de millions de dollars alors qu’ils sont au beau milieu du désert du Nevada.

 

Ce qu’ils font alors qu’ils sont dans la gueule du loup en train de le dépouiller ?

 

Une diversion.

 

Au moment d’évacuer, l’un d’entre eux, qui joue le rôle d’un vieil homme d’affaires des pays de l’Est, s’évanouie alors qu’il est dans la salle de sécurité avec le propriétaire des casinos.

 

Tout le monde détourne son attention des écrans de contrôle pour regarder l’homme en train de s’évanouir.

 

Le reste de la bande en profite pour prendre possession du système de surveillance et hop !

 

Le tour est joué.

 

Ni vu ni connu.

 

Le coup de la diversion est vieux comme le monde mais toujours aussi efficace quand c’est bien fait.

 

Si tu as peur de vendre, voici ce que tu peux faire pour exploiter à ton tour l’efficacité de la diversion :

 

Vendre sans vraiment vendre.

 

Tu te focalises essentiellement sur une explication d’une solution que tu apportes à un problème.

 

Explique et détaille tout ce que tu as à dire.

 

Sans vendre quoi que ce soit.

 

Simplement en attirant l’attention sur quelque chose.

 

En disant à la fin de ton contenu que tu as tel ou tel produit en rapport avec ce dont tu viens de parler.

 

C’est tout.

 

Faire une diversion à la vente directe sous forme d’argumentaire revient tout de même à créer un contenu que tu peux diffuser au format écrit, audio ou vidéo, comme tu veux.

 

Mais ce genre de contenu n’est pas du tout structuré comme un argumentaire de vente.

 

Parce que ça ton lecteur le voit immédiatement et si tu n’es pas à l’aise avec les techniques de copywriting, ça ne fonctionnera pas.

 

Ce que tu veux c’est réussir à vendre sans y penser et sans sortir aucun argument ni utiliser aucune technique psychologique.

 

Comment tu peux faire ça bien ?

 

À l’aide d’une structure de contenus un peu spéciale.

 

Cette structure va préparer ton lecteur à aller plus loin, et le désir d’acheter apparaîtra si ton prospect est qualifié.

 

Mais à aucun moment il sera confronté à un argumentaire de vente classique parce que toi ce que tu veux c’est faire une diversion à ta peur de vendre.

 

Dans le dernier numéro du bulletin qui part à l’imprimeur aujourd’hui, et à l’expédition lundi, tu découvres cette structure de diversion en détail.

 

Surtout ?

 

Tu apprends comment ça fonctionne et comment l’utiliser pour tous tes types de contenus.

 

Que ce soit tes articles de blogs, tes e-mails, tes vidéos ou tes podcasts.

 

Je suis certains que cette structure ne te quittera plus.

 

Pour la recevoir à temps ainsi que toutes les autres surprises qui t’attendent dans le nouveau numéro du bulletin, il te suffit d’être abonné à temps depuis ce lien.

 

 

Amicalement

 

photo du chroniqueur webmarketeur et coach en marketing personnel Julien Godart