Quel plaisir de rédiger la chronique du jour avec un bon verre de vin.

 

Je me sens comme l’un de ses anciens écrivains qui se retrouvait devant leur machine à écrire une fois la nuit tombée.

 

Parce que oui, ici à La Réunion il fait nuit et il est 20 h 45.

 

Bon. Là n’est pas le sujet du jour.

 

Revenons sur la série « White Gold » qui raconte le quotidien de vendeurs de fenêtres dans une ville perdue d’Angleterre en plein dans les années quatre-vingt.

 

Le meilleur vendeur ?

 

Vincent Swann.

 

Comme la plupart des vendeurs de terrain, il connaît des périodes où tout lui réussit et d’autres où les galères semblent s’enchaîner.

 

De la même manière qu’une série de dominos qui tombent les uns derrière les autres, notre cher Vincent Swann subit des complications qui en appellent d’autres.

 

Et à chaque fois la tension monte d’un cran.

 

Il décroche moins de vente pendant quelques semaines, ce qui lui fait moins gagner d’argent.

 

Au même moment l’un de ses collègues lui fait une mauvaise blague et Vincent se retrouve à dépenser des sommes folles en publicité et communication pour zéro retour.

 

Le même jour, sa femme apprend qu’il l’a trompé et le quitte en partant avec les enfants.

 

Le lendemain, une inspectrice des impôts lui tombe dessus et lui réclame 50 000 livres de retard de cotisations.

 

Quelques jours passent et c’est un concurrent virulent qui lui pique ses clients un à un et commence à lui prendre son territoire.

 

Parce que tu ne me diras pas le contraire…

 

Quand on commence à recevoir des tuiles on la sensation que ça ne s’arrête plus, voire que toutes les emmerdes s’accélèrent.

 

À croire que tout le monde s’est donné rendez-vous pour te pourrir la vie.

 

Le plus difficile dans ces moments-là ?

 

Garder son attitude (comme je t’en parlais dans la chronique d’hier), parce que sans elle tu ne peux pas avoir de succès.

 

C’est là que le cercle vicieux se déclenche.

 

Les difficultés te volent ton attitude.

 

Sans ton attitude tu perds ta confiance en toi.

 

Tu perds ton enthousiasme.

 

Ta flamme qui fait brûler ton désir de réussir.

 

Résultat ?

 

Tu ne t’en sors pas et tu continues de t’enfoncer dans le gouffre où rien ne va.

 

Une fois que Vincent Swann avait touché le fond, il a pris conscience de l’importance du thème de la chronique d’aujourd’hui :

 

Le Secret d’un bon Vendeur.

 

Ce secret ?

 

Croire plus fort que tout en ton produit et tes services que tu vends.

 

Parce que lorsque tu perds ta flamme et ton enthousiasme, tu perds par la même occasion la foi en ce que tu fais.

 

Et quand tu ne crois plus en ce que tu vends, ça se ressent et tu ne vends rien.

 

Le premier et le plus beau des produits que tu as à vendre ?

 

Toi.

 

Croire en toi et en ton produit plus fort que n’importe qui en ayant un amour et une foi infaillible, t’apportera inévitablement des résultats surprenants.

 

Si les galères s’enchaînent et t’en amènent toujours plus, ce qui à tendance à saper ton moral à petit feu, l’inverse est également valable.

 

Quand tout commence à rouler, tu rentres dans un cercle vertueux de croissance.

 

Alors voici une question à laquelle tu peux réfléchir ce soir :

 

Crois-tu en toi et ton produit dur comme fer ?

 

https://www.boutique.laguillotine.net

 

Amicalement

 

photo du chroniqueur webmarketeur et coach en marketing personnel Julien Godart