Quand le chômage augmente, les opportunités dansent

Covid-la-crise-n-aura-pas-lieu-pour-tout-le-monde

On vit une époque extraordinaire en rebondissement.

Pour beaucoup de secteurs d’activité, la rentrée s’annonce chaotique. Et on comprend facilement pourquoi.

Je me souviens que lorsque j’avais ma boutique de fringues sur Perpignan entre 2008 et 2012, c’était difficile. Même très difficile.

Je n’osais pas prendre de vacances par peur d’avoir plus de difficultés financières. En ouvrant 6 jours sur 7 (même entre midi et deux) je n’arrivais pas à tout payer, alors en prenant une semaine de vacances c’était tout simplement impossible.

Les évènements des derniers mois m’ont rappelé cette période difficile de ma vie. Et j’ai une compassion toute particulière pour les petits commerçants des centres-villes qui ne se battent bien souvent non pas pour s’enrichir mais pour survivre.

Alors quand j’ai vu que le gouvernement en a contraint un grand nombre à fermer boutique pendant plusieurs semaines en mettant en place une dictature sanitaire, j’étais content de ne plus être commerçant avec un magasin physique.

Par contre je suis triste pour ceux qui le sont encore et n’arrive pas à s’en sortir.

Quand on refuse de partir une semaine en vacances par crainte du manque à gagner, je ne préfère pas imaginer ce que cela doit être en fermant la boutique plusieurs mois.

La rentrée s’annonce donc difficile.

Même chaotique selon les estimations.

Je pense que ça risque de faire beaucoup plus mal que 2008 mais produire le même effet.

La crise des subprimes aux USA a éclaté en 2008 mais nous n’avons pas eu les répercussions immédiatement. Il a fallu attendre 2 ans. Et c’est là que c’est devenu compliqué.

La crise du Covid est bien différente. Elle est mondiale et gigantesque. Et donc on n’attendra pas 2 ans pour en sentir les effets. D’ailleurs ont les ressens déjà.

Cette crise est aussi une couverture rêvée pour l’économie mondiale construite exclusivement sur de la dette. Au lieu d’annoncer qu’ils ont échoué à cause de leur incompétence, ils n’auront qu’à dire que c’est la faute du Covid.

Voilà pourquoi l’édition du mois d’août de La Guillotine™ qui fêtait les 2 ans du bulletin, parlait d’économie et de gestion de ses ressources. Je trouve que c’est un sujet on ne peut plus d’actualité.

Et vital quand on travaille à son compte.

 

Il y a des milliers de petits commerçants qui sont en train de mourir la gueule ouverte… mais dans l’ombre, il y en a qui accumulent des sommes folles.

La vie ne peut pas s’éteindre.

La vie c’est la nature.

Elle s’adapte et évolue en fonction des nouvelles conditions qui apparaissent.

Mais nous en tant qu’individus on a du mal à agir comme elle. On émet des résistances. On ne veut pas nécessairement changer. Nous ne sommes pas toujours très attentifs aux évènements.

Ces périodes de profonds changements de sociétés vont créer de nouvelles opportunités.

Les habitudes de consommations et les modes de pensées vont tellement changer qu’il sera plus que jamais vital de savoir se démarquer. De savoir mettre en valeur une offre. De se créer une liste de clients. De la chouchouter en lui proposant de nouvelles offres. Et d’aider des entreprises sur le web à se développer en les aidant à faire de même.

 

Des milliers de nouvelles entreprises vont voir le jour.

Des concepts vont prendre vie.

Des entreprises auront une croissance si forte qu’elles seront à la recherche active de rédacteurs pour gérer leurs campagnes d’e-mails, écrire leurs newsletters, publier des articles de blogs, rédiger des fiches produits pour leur boutique e-commerce et écrire des argumentaires de vente en tout genre.

Parce qu’elles savent que dans un monde qui évolue si vite, ce sont les entreprises avec un marketing bien affûté qui vont sortir leur épingle du jeu.

Et la demande ne cessera pas d’augmenter.

Depuis toujours la demande à toujours était plus forte que l’offre.

Beaucoup d’entreprises n’arrivent pas à trouver des indépendants sérieux et désireux de bien faire pour travailler sur leur marketing.

Rien qu’en France il y a des dizaines de milliers d’entreprises qui ont chacune besoin de plusieurs indépendants pour travailler sur leur marketing et ainsi s’assurer la croissance qu’elle convoite.

Mais il n’y a qu’une poignée de Freelances pour tout ce marché.

La plupart de ceux que je connaisse ne peuvent plus prendre de nouveaux clients alors que la demande augmente sans cesse. On se contacte de temps en temps quand on recherche quelqu’un dans un domaine spécifique. 9 fois sur 10 ça n’aboutit pas.

 

Aurait-il une pénurie de travailleurs Freelance en France?

C’est certains.

Quand je parle de pénurie de freelance, je parle bien évidemment de professionnels sérieux et travailleurs.

L’énorme majorité des entreprises qui recherchent des travailleurs indépendants ne recherchent pas nécessairement les meilleurs. Ils cherchent simplement des personnes sérieuses avec une soif insatiable d’apprendre et un désir ardent de bien faire. C’est tout.

C’est donc bien entendu ouvert aux débutants à partir du moment où ils ont un réel désir de bien faire. Je ne te parle même pas d’être expert dans un domaine spécifique mais juste de vouloir apprendre et de tenir ses engagements.

Même ça c’est très difficile à trouver.

 

Je me dis souvent que je suis payé pour apprendre.

 

Et c’est vrai.

Je commence certaines missions en ne sachant pas toujours comment je vais faire. Un client me paye et je commence à travailler sur le dossier. Bien souvent je dois me former et j’ai la chance de pouvoir appliquer immédiatement ce que j’apprends. Et je le fais avec le projet de mon client.

Quand je rends mon travail mon client est content et moi aussi. Presque à chaque fois il me recontacte dans les semaines qui suivent pour me commander une nouvelle prestation. C’est ainsi que je répète le processus jusqu’à maîtriser une nouvelle compétence.

Voilà pourquoi je dis souvent à Doudou que je suis payé pour apprendre.

N’importe qui de sérieux avec le désir de bien faire et une soif d’apprendre de nouvelles choses, peut très bien gagner sa vie en tant qu’indépendant.

Et ça peut aller vite.

Il y a tout juste un an je recevais une promotion à mon ancien travail. Je devenais directeur de magasin. Statut de cadre, meilleur salaire et un travail plus intéressant. Seulement un mois plus tard je présentais ma lettre de démission au directeur commercial.

La décision a été prise en moins de 24 heures. Ce n’étais pas la vie dont je voulais.

Je ne savais même pas comment j’allais remplacer mon salaire.

 

Enfin si… Je voulais devenir copywriter professionnel.

J’avais réalisé quelques missions freelance les mois précédents. Mais rien de fixe. Pas de revenu récurrent à la hauteur de mon salaire. Mais j’étais confiant. C’était ça que je voulais faire. Rien que d’y penser je souriais et ça me rendait heureux.

J’avais 3 mois d’économie et pas un de plus.

Je me suis dit que c’était suffisant. Après tout, la vie est pleine de surprises. Elles ne sont pas toutes mauvaises quand même.

Depuis que je suis parti je n’ai jamais manqué de travail. La crise du Covid à fait doubler mon chiffre, mon planning de septembre est plein et celui d’octobre à moitié. En admettant que je n’ai plus un seul client en copywriting du jour au lendemain j’aurais de quoi vivre pendant 6 mois.

Et ça ne fait pas encore un an que je me suis lancé.

Encore aujourd’hui j’hallucine et je me dis que j’ai manqué bien souvent de foi envers moi-même.

Je n’ai rien d’exceptionnel et je ne suis pas meilleur que les autres. Les autres freelances que je connais sont eux aussi complet pour les mois à venir et ne manque pas de boulot.

Je ne suis pas en train de te dire qu’il te faut démissionner pour te lancer corps et âme là-dedans. Après tout chaque situation est différente et c’est une décision qui se prend en famille. Sauf si tu vis tout seul, auquel cas, c’est plus simple.

Je ne suis pas non plus en train de te dire que tout le monde peut le faire. Loin de là.

Il faut vraiment être habité par un désir sincère de bien travailler, aimer l’écriture (si tu veux faire de la rédaction), être curieux, aimer apprendre et appliquer immédiatement les sujets sur lesquels tu te formes. Déjà rien que là, je sais que j’ai perdu du monde parce que 90% des gens remettent à plus tard, ne sont pas réguliers, ils n’ont aucune persévérance et prennent des décisions parce qu’ils se laissent dominer par leurs émotions et instinct de base.

Je ne veux pas être méchant.

C’est juste une constatation. Sinon il n’y aurait pas autant de pénurie de Freelances sérieux.

Ce qui est amusant?

 

Se construire une activité qui tourne très bien, ne nécessite pas d’être sur les réseaux sociaux.

Je suis profondément convaincu qu’Instagram, Facebook et toute la bande sont des dangers pour les Freelances. Ce sont des vampires qui s’abreuvent de ton temps et de ton attention.

Ils peuvent provoquer l’échec chez de nombreux indépendants parce qu’ils perdent un temps fou sur ces plateformes à ne rien faire, au lieu de travailler sur le domaine dans lequel ils veulent devenir meilleurs.

L’énorme majorité des indépendants ou entreprises avec lesquelles je travaille n’utilisent même pas les réseaux sociaux.

Et pour celles qui y font de la publicité pour vendre leurs produits, délègue cette partie à d’autres. Ainsi ils n’ont pas besoin d’y aller. Ils restent focus sur leurs actions et ils savent qu’ils ne peuvent pas être productifs et aller sur les réseaux sociaux. C’est incompatible.

Peut-être que tu n’es pas dans ce cas-là et que toi tu vas sur les réseaux sociaux un petit peu tous les jours. Mais tu ne sais pas comment les utiliser pour lancer ton activité et tu n’as pas spécialement envie de t’en servir. Pour toi, ces réseaux sont simplement un moyen de rester en contact avec tes amis et ta famille.

Cependant tu entends partout qu’il te faut être sur ces plateformes. Mais au fond de toi tu ne te sens pas compatible avec cette approche.

Tu ne veux pas mélanger ta vie personnelle et professionnelle.

Du coup tu ne vois pas comment tu pourrais développer une activité de freelances sans utiliser les réseaux sociaux.

Voilà pourquoi dans le nouveau numéro de La Guillotine™ du mois de septembre, je te partage une stratégie pour développer une activité prospère sans utiliser ces plateformes voraces qui se nourrissent de ton temps et de ton énergie si précieuse.

Comme d’habitude c’est basé sur du concret.

Je n’ai jamais utilisé Facebook, Instagram ou Youtube pour décrocher mes clients en copywriting. Si tu me suis sur ces plateformes tu dois bien voir que j’y suis quasi inactif. D’ailleurs Doudou à supprimer son compte Facebook et en t’écrivant ça me rappelle que je dois aller supprimer le mien également.

Je te laisse imaginer le temps que tu gagnes et la liberté que tu ressens a ne dépendre d’aucune plateforme pour développer ton business.

La liberté ultime.

À la fin du nouveau numéro de La Guillotine™ je te joins également une astuce pour trouver ta voie et ton domaine de prédilection. Cette compétence qui fera que tu auras la sensation de ne plus jamais travailler de ta vie. Ça te sera bien utile si aujourd’hui tu doutes encore de ce que tu veux faire.

Plutôt chouette non?

Par contre je ferme les nouvelles inscriptions ce soir.

Étant donné qu’avec Doudou on prend l’avion demain, je voulais expédier les bulletins avant de partir. C’est plus tôt que les autres mois donc désolé de te le dire que maintenant.

Si tu es déjà abonné, comme d’habitude tu n’as rien à faire.

Par contre si tu veux recevoir ce numéro spécialement pour apprendre à développer une activité sans utiliser les réseaux sociaux + la méthode pour trouver sa voie et son domaine de prédilection ainsi que près de 400€ de formations offertes pour chaque nouvelle inscription, il te faut agir maintenant.

Infos et inscription à La Guillotine™ depuis le lien suivant:

https://www.laguillotine.net

ATTENTION: tu n’as que jusqu’à ce soir jeudi 3 septembre 2020 pour t’inscrire et recevoir l’édition du mois de septembre que je viens de te présenter. Si tu t’inscris plus tard tu recevras le numéro du mois suivant, car je ne fais pas de réédition des anciens numéros.

https://www.laguillotine.net

 

Amicalement,

Julien GODART