Youtube, Facebook et Instagram : Sont-ils devenus des poubelles ?

Doudou est en pleine recherche pour créer des doublures intérieures pour son projet couture.

 

Et elle passe pas mal d’heures à tester des trucs à la chaîne.

Mais aussi sur internet à chercher des tutos.

 

C’est pendant que j’étais en train de t‘écrire l’e-mail d’hier que Doudou me lance :

« Je n’aime pas YouTube ».

Ne comprenant pas pourquoi elle me balance ça comme ça, je lui réponds :

 

« Pourquoi tu n’aimes pas Youtube ? »

 

– Je ne sais pas… Il y a trop de trucs. Voir la tête des gens me divertie et on peut voir tout et son contraire. Je préfère de loin faire mes recherches sur Google et visiter des sites qui m’intéressent avec du texte et des photos. Je me moque de voir la tête des gens, je cherche des infos. Les vidéos Youtube ne m’aident pas.

 

J’ai trouvé la réflexion de Doudou hyperintéressante.

Ça fait des mois que moi-même je réfléchis à d’autres formes de contenus.

Rien de révolutionnaire, mais plus me concentrer sur l’écrit.

 

Ça fait un bail que tu m’entends te dire ça (il me semble que je t’en parlais déjà fin 2018 lorsque je te partageais mes objectifs de 2019).

Mais aujourd’hui c’est encore plus vrai que jamais.

 

Depuis plus d’un an je ressens un déclin des grosses plateformes fourre-tout comme YouTube, Facebook et Instagram.

Bon il y a un an, Instagram n’était pas encore devenu ce qu’il est aujourd’hui.

Il y a un an Facebook était déjà une poubelle qui ne ressemble plus à rien.

 

Sachant qu’Instagram est une propriété de Facebook, il n’y avait pas besoin d’être un grand devin pour comprendre ce qu’allait devenir le nouveau réseau social à la mode :

Comme Facebook, une vraie poubelle.

 

Youtube ?

 

N’en parlons même pas.

C’est toujours le souci avec les plateformes « gratuites » où tout le monde est accepté.

 

Après tout… Est-ce un hasard si de grands noms du monde des affaires aux États-Unis fuient ces plateformes en supprimant leur compte ?

 

Dis comme ça, on peut les prendre pour des fous, mais quand on réfléchit 30 secondes au « Pourquoi » d’un entrepreneur, on comprend vite leur raison d’agir ainsi.

 

Entreprendre n’a-t-il pas un lien direct avec le désir de devenir libre ?

 

Évidemment.

Les plateformes comme Facebook, Youtube et Instagram ne sont pas là pour servir tes intérêts d’entrepreneur (neuse^^) mais les leurs.

 

Dans les mois et les années qui viennent, qui restera sur ces plateformes populaires ?

 

Les touristes et les amateurs.

Je parle bien sûr de ceux qui développent leur boîte et non des particuliers qui ont un compte pour communiquer avec mamie et lui partager les photos du petit dernier.

 

En fait il y a quelques semaines, j’avais une grande discussion avec l’un de mes clients pour qui j’écris des e-mails.

Comme beaucoup de e-commerçants il utilisait à outrance comme canal d’acquisition de trafic, la pub Facebook.

Mais il me disait qu’à force de voir le nombre d’annonceurs grandir de jour en jour, Facebook devenait une sorte de Tyrannie à la « Troisième Reich ».

Son compte publicitaire se retrouve fermé pour aucune raison chaque semaine.

À plusieurs reprises.

Il perd constamment tous ces chiffres qui lui permettent d’analyser ses résultats.

Il perd un temps incroyablement précieux à devoir constamment créer un nouveau compte et tout recommencer.

Du coup il a décidé d’arrêter de travailler avec Facebook et à la place créer ses propres flux de trafic.

Du trafic naturel et non plus payant.

 

Parce que toutes celles et ceux qui ne comptent que sur Facebook ou les réseaux sociaux en général pour développer leur trafic et donc leur nombre de prospects à convertir ensuite en client, sont comparables à des drogués qui ont besoin de leur dose du jour pour fonctionner « normalement ».

 

Et je ne te parle même pas de ceux et celles qui ont besoin d’influenceur ou influenceuse pour présenter leur produit.

À ce sujet, je ne décide de travailler qu’avec des clients qui ont une stratégie sur le long terme avec des méthodes saines.

Comme le référencement naturel.

Je ne préfère pas bosser avec des drogués.

 

Comme si je voulais ouvrir un bar à tapas et que je m’associais avec un alcoolo.

Il me boirait le fonds de commerce à la vitesse de la lumière.

Pas bon du tout ça.

 

C’est ce qui créé une vraie différence entre les professionnels et les amateurs.

Les pros sont des visionnaires qui recherchent l’autonomie et la liberté.

Les autres sont des opportunistes sans vision qui recherchent à faire de l’argent rapidement sans se soucier du reste et de l’avenir.

 

Concernant mon client qui a abandonné Facebook comme source de trafic ?

 

Les ventes continues d’affluer.

Sans investir un centime en publicité.

Parce qu’il a un catalogue de contenus qui fait le travail pour lui sur Google.

 

Et lorsque ces clients potentiels font des recherches sur internet (comme Doudou) pour trouver une réponse ou une solution à l’un de leur problème, ils tombent sur ces articles et découvrent par la même occasion ces produits payants.

 

Ce trafic qualifié est donc en phase d’achat puisqu’ils recherchent une solution activement sur le web.

Ces personnes sont donc beaucoup plus qualifiées qu’un gars qui scroll son fil d’actualité Facebook parce qu’il est manque de dopamine.

 

Même pas comparable.

Quoi qu’il en soit, si jamais ce genre de stratégie à long terme t’intéresse, tu peux cliquer ici pour découvrir comment en mettre une en place rapidement.

Le Système Google™

 

Julien Godart